Stella Energie

Les 7 corps subtils

Tout naturellement, notre conscience nous incite à ne considérer que la réalité palpable, toute information perçue par nos 5 sens : la vue, l'ouïe, le goût, l'odorat et le toucher. C'est rassurant et confortable et c'est donc fort logiquement que nous sommes persuadés que nous n'existons que par notre corps physique , que de mêmes les troubles mentaux ou psychologiques ne sont que le résultat d'un dysfonctionnement de notre corps physique.

Sommes-nous seulement notre corps physique ?

En même temps que vous lisez ces mots, vous vous dites probablement que certains faits ébrèchent un peu cette certitude. La radioactivité existe alors que nous ne la percevons par aucun de nos sens. Plus intimement, dans quelle partie de notre corps physique se trouvent nos émotions, nos sentiments ? Existe-t-il l'organe, ou la zone du corps, de la colère, de la joie, de la compassion ?

corps énergétique et corps physique

A ces questions, le monde scientifique répond par des pirouettes psychanalytiques mais l'honnêteté intellectuelle devrait nous incliner à réaliser que personne ne peut y répondre de façon certaine. Cependant il doit bien y avoir une partie de nous même où prennent naissance nos sentiments, nos craintes, nos pulsions.

Et si nous n'étions pas qu'un corps physique ? Si d'autres parties de notre identité se trouvaient hors de notre corps physique tout en faisant partie de notre être ?

En d'autres temps, dans d'autres civilisations, ces questions se posaient aussi et des réponses ont été émises, adaptées aux connaissances, culture et vocabulaire d'alors. Réponses, ou projets de réponses que la science moderne, principalement occidentale a vite pris soin de juger et condamner sans aucune autre forme de procès.

Pour ma part, la notion de corps subtils liés aux chakras me paraît être une approche intéressante, en tout cas, elle me semble plausible !

Les 7 couches d'énergies distinctes du corps physique

Comme toute chose et tout être, nous émettons plusieurs rayonnements de fréquences distinctes, certaines utilisées d'ailleurs en médecine classique, cardiologique, neurologique qui font réagir les appareils de mesures d'électrophysiologie.

Ce rayonnement fait partie de notre être et exerce, lorsqu'il est optimal, un champs énergétique complexe qui agit comme une carapace de protection de notre corps physique , lieu de résidence terminale des maladies exactement à l'image du champ magnétique terrestre qui nous protège des énergies mortelles émises par le Soleil.

7 couches corps subtils

Dans la tradition indienne, les champs énergétiques des êtres vivants se décomposent en 7 couches principales d'énergies distinctes organisées à partir de notre corps physique. Les 4 premiers corps sont plutôt rattachés au monde physique alors que les 3 autres appartiennent au monde spirituel.

Pour en faciliter l'illustration, la littérature occidentale a pris l'usage de les représenter comme des poupées russes, ce qui me paraît en être une fausse interprétation puisque tous les corps subtils ne sont pas indépendants mais forment un champ d'énergie global structuré en interactions.

Le plus important est de comprendre que tout dysfonctionnement ou déséquilibre dans ce champ énergétique induit une faiblesse, une opportunité de subir une agression extérieure qui se traduira tôt ou tard par la maladie. C'est d'ailleurs en percevant ses variations d'intensité énergétiques que certains magnétiseurs peuvent déterminer les troubles fonctionnels du corps physique.

Il est donc nécessaire de surveiller régulièrement l'état de nos corps subtils et de rétablir, si nécessaire, leur capacité protectrice, leur «étanchéité» aux agressions.

Ces 7 corps subtils qui forment notre être sont les suivants :

  1. Corps physique
  2. Corps éthérique
  3. Corps astral ou émotionnel
  4. Corps mental
  5. Corps causal
  6. Corps spirituel ou bouddhique
  7. Corps divin ou atomique

Le corps physique

C'est celui que nous voyons , le plus vulnérable , sujet aux maladies et autres troubles, au vieillissement et à décomposition après la mort. Il faut le concevoir comme un vase, le réceptacle visible de l'être que nous sommes. C'est, en quelque sorte, le véhicule charnel de notre âme pour qu'elle puisse s'approprier les possibilités qu'offre la vie terrestre.

Le corps éthérique

Champ d'énergie le plus proche du corps physique puisqu'il part de l'intérieur du corps physique et le déborde de 3 à 10 centimètres. Il enveloppe le corps physique à l'exception du sommet du crane et du bas des chevilles. Sa principale fonction est de transmettre au corps physique les radiations bénéfiques de la lumière solaire ainsi que les énergies bénéfiques cosmiques du cosmos et telluriques de la Terre. L'acupuncture, l'homéopathie et le Qi Gong agissent par ce corps. Le corps éthérique disparaît à la mort du corps physique.

Le corps astral ou émotionnel

Dans la terminologie commune, ce corps subtil est plus connu sous le nom d'Aura. Recouvrant les corps physique et éthérique, ce champ de force s'exerce dans un espace de 1,5 à 5 mètres du corps physique. Source des émotions, du ressenti , il est aussi défini comme le siège des interactions énergétiques entre individus, poussant par exemple une personne à rechercher la compagnie d'une autre ou , à l'inverse, en l'évitant. Les Fleurs de Bach et les cristaux sont agissants sur ce plan.

Le corps astral ne disparaît pas après notre mort, on peut considérer qu'il est éternel. Les Anciens en étaient conscients et peut-être avons nous là la genèse des toutes premières notions de connexion de l'être humain avec des dimensions divines, base fondatrice de multiples religions.

Le corps mental

Recouvrant les corps précédents, ce champ d'énergie mesure plusieurs mètres d'épaisseur. Il est le siège de la création de nos initiatives et de notre raisonnement. Pour plus de facilité de son interprétation, nous pouvons considérer que ce corps constitue l'image de notre personnalité. Lorsque l'on pratique la sophrologie, c'est ce niveau énergétique qui est impacté. Le corps mental survit quelques instants après notre mort physique, baisse progressivement d'intensité puis s'éteint.

Le corps causal

Corps de notre dimension spirituelle, de notre mémoire lointaine, ce champ énergétique est d'autant plus puissant, et donc protecteur, que nos intentions sont saines et bienveillantes. A l'inverse, les mauvaises pensées ou intentions affaiblissent considérablement la puissance du corps causal. Sans rapport direct avec la religiosité et sa pratique, le corps causal reste cependant lié à la part Divine de notre conscience, arbitrée par les notions fondamentales de Bien et de Mal.

Pour renforcer ce corps, il est conseillé de pratiquer la méditation afin de se détacher des artifices de la matérialité pour se rapprocher de la dimension divine qui est en chacun de nous dans la recherche de l'évolution spirituelle.

Ce champ ne disparaît pas après la mort physique. Ici aussi, nous pouvons aisément concevoir qu'il puisse être à l'origine non seulement du concept de vie éternelle mais aussi des notions de Commandements, Incitation aux pensées pures et justes, de Paradis ou d'Enfer que l'on retrouve dans presque toutes les religions.

Le corps spirituel ou bouddhique

Ce sixième corps n'existe dans toute sa puissance protectrice que chez les personnes d'une très grande spiritualité comme les Saints et les Êtres de pureté divine. Pour le commun des mortels, sa dimension reste limitée et n'augmente progressivement qu'au fur et à mesure que l'on atteint la conscience divine. C'est par le corps spirituel que certains peuvent entrer en contact avec les Guides Spirituels et les Êtres de Lumière (Divinités, Archanges, Anges).

Le corps divin ou atomique

Le corps divin est le siège de la conscience cosmique. A ce niveau d'évolution, nous réalisons pleinement que nous sommes partie intégrante de l'Univers, rattachés à la Puissance Créatrice originelle que certains appellent Dieu.

Il me vient à l'esprit la phrase du physicien Albert Einstein : « Lorsque je vois l'extraordinaire organisation de la Vie et de l'Univers, je ne crois pas une seule seconde que cela soit le résultat du hasard, il y a forcement un Architecte Suprême à tout cela ».